10h – 13h30 : Le développement des danses indiennes en France

10h00 – Accueil et chaï 10h30 – Introduction des organisatrices 10h45-13h15 – Le développement des danses indiennes en France : de Simkie (années 1920) aux recherches universitaires actuellesDiscutante : Anne Castaing (CNRS, Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité, THALIM-Université Paris III, Paris)
  • Tiziana Leucci (CNRS, Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud, CEIAS, EHESS-CNRS, Paris), danseuse, pédagogue et chorégraphe de Bharatanāṭyam : « Simkie et le contexte de la danse indienne en France de 1900 aux années 1920 ».
  • Irene Lopez Arnaiz, Université Complutense de Madrid, danseuse contemporaine et de Bharatanāṭyam : « Entre l’exotisme et l’avant-garde: danseuses hindoues de l’entre-deux-guerres en France ».
  • Ananda Ceballos, Université Complutense de Madrid, danseuse, pédagogue et chorégraphe d’Odissi : « Tórtola Valencia : icône de la danse exotique en Espagne ».
  • Katia Légeret-Manochhaya, Université de Paris VIII, danseuse, pédagogue et chorégraphe de Bharatanāṭyam : « Transmettre le Bharatanāṭyam en France : la fonction de la recherche, entre héritage et création ».
  • Barbara Čurda, Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, danseuse, pédagogue et chorégraphe d’Odissi : « Questionnements sur les formes d’engagement avec la danse Odissi ».
Discussion

13h30 – 14h30 : Pause déjeuner

Possibilité de déjeuner sur place, repas indiens proposés par le restaurant Sangeetha (plateau repas + eau minérale : 8€)

14h30 – 16h30 : La parole aux artistes

Partie 1 : l’apport artistique et pédagogique des pionnières de la danse indienne en FranceDiscutante : Elisabeth Claire (CNRS, Centre de Recherches Historiques, CRH, EHESS-CNRS, Paris)
  • Malavika, danseuse, pédagogue et chorégraphe de Bharatanāṭyam, Paris
  • Milena Salvini, fondatrice et directrice du Centre Mandapa, Paris
  • Maïtreyi, danseuse, pédagogue et chorégraphe de Bharatanāṭyam, Paris
  • Kalpana, danseuse, pédagogue et chorégraphe de Bharatanāṭyam, Paris
Discussion

17h – 18h45 : La parole aux chercheuses et artistes

Partie 2 : développement, diffusion, transmission des danses indiennes en FranceDiscutante : Mahina Khanum, danseuse, pédagogue et chorégraphe d’Odissi.
  • Tiziana Leucci, (CNRS, CEIAS), danseuse, pédagogue et chorégraphe de Bharatanāṭyam, Conservatoire G. Fauré, Les Lilas-Est Ensemble : « De l’Italie à la France, en passant par l’Inde: quelques étapes de la circulation et transmission de la danse indienne en Europe ».
  • Ofra Hoffman, comédienne, danseuse, pédagogue et chorégraphe de Bharatanāṭyam, Paris : « Tel Aviv, Paris, New Delhi et Chennai : apprendre à ‘expérimenter’ avec le théâtre dansé indien ».
  • Federica Fratagnoli, Université de Nice Sophia Antipolis, danseuse, pédagogue et chorégraphe de Bharatanāṭyam : « D’un geste à l’autre. Esquisse d’un itinéraire personnel entre pratiques contemporaines et Bharatanāṭyam ».
Discussion

18h45 – 20h : Documentaire sur Simkie

Projection du documentaire Simkie, Paris-Delhi (2008, 52 minutes), de Charlotte Arrighi de Casanova.

Inscrivez-vous gratuitement

Inscrivez-vous pour que nous gardions votre chaï (thé) au chaud. C’est gratuit !

Argumentaire

90 ans de danse indienne en France : circulation, interactions, échanges Focus sur deux styles : Bharatanāṭyam et OdissiAuditorium de l’Inalco, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris Lundi 18 avril 2016 de 10h30 à 20hOrganisation : Tiziana Leucci (CNRS, CEIAS, Paris) et Mahina Khanum dans le cadre de la deuxième édition du Festival des danses indiennes Mouvements Emouvants.En 1926, la jeune pianiste française Simone Barbier rencontrait le danseur indien Uday Shankar de passage à Paris. Simone devint ainsi Simkie, la ‘danseuse indienne’, partenaire privilégiée d’Uday Shankar pendant deux décennies. Cette rencontre marque le début d’une longue tradition de pratique des danses indiennes en France, qui se poursuit jusqu’à nos jours.La deuxième édition du Festival Mouvements Emouvants met à l’honneur cette scène française des danses ‘classiques’ indiennes, apparue alors même que les différents styles ‘classiques’ indiens étaient redécouverts et re-codifiés en Inde. Dans la continuité de la précédente édition (2015), le festival propose une série d’évènements scientifiques et artistiques (spectacles, conférences, projection de films et ateliers de danses indiennes), en collaboration avec plusieurs institutions parisiennes. Cette édition s’enrichit d’une visite guidée au Musée des Arts Asiatiques Emile Guimet et d’une journée d’études hébergée gracieusement par l’Inalco.Co-organisée par Tiziana Leucci, chargée de recherche au CNRS (Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud, CEIAS-EHESS-CNRS, Paris), danseuse et enseignante de danse Bharatanāṭyam au Conservatoire Gabriel Fauré (Les Lilas-Est Ensemble) et Mahina Khanum, danseuse, enseignante et chorégraphe de danse Odissi diplômée de l’Inalco et de l’Institut Gandharva Mahavidyalaya (New Delhi), la journée d’études reviendra sur l’histoire des pratiques chorégraphiques indiennes en France depuis les années 1920, pour aboutir à un état des lieux actuel.Bien qu’un grand nombre de danseuses et cantatrices européennes aient incarné le personnage de la danseuse indienne, mieux connue sous le terme de bayadère, sur les scènes d’opéra et de music-hall, Simkie fait figure de pionnière : elle est, à notre connaissance, la première à s’être engagée dans un apprentissage poussé et rigoureux des techniques de théâtres dansés indiens en France, en Inde et au Sri Lanka. De même, si le passage de danseuses et musiciens d’origine indienne est documenté en France depuis le 19ème siècle et pendant les expositions coloniales, leur présence restait passagère, le temps de brèves tournées. A l’inverse, la troupe d’Uday Shankar dont Simkie a été l’une des partenaires majeures, a séjourné en France plusieurs années.L’étude systématique des techniques de danses indiennes a débuté en France suite à cette présence continue. Depuis, d’autres artistes et chercheurs ont suivi le parcours de Simkie et on se focalisera durant cette journée d’études sur leurs apports artistiques et pédagogiques dans la transmission, la diffusion et le développement des danses indiennes en France et à l’étranger.Cette journée sera consacrée à une lecture au ‘féminin’ de la danse indienne, c’est-à-dire aux interprètes féminines des styles Bharatanāṭyam et Odissi, en leur donnant la parole pour évoquer leurs expériences de vie et leurs parcours artistiques en France et en Inde. S’appuyant sur ces témoignages de praticiennes/artistes, pédagogues ainsi que chercheuses de ces formes chorégraphiques, la journée d’études sera enrichie par l’apport de documents d’archives et de projections de documentaires sur le sujet.Cette journée est ouverte aux étudiants, aux chercheurs et à tous ceux qui s’intéressent aux processus de circulation, d’interaction et d’échanges culturels et artistiques.
Mahina Khanum